Alors, c’est pour quand le 2nd ?

Capture d’écran 2019-01-14 à 17.36.33.png

La question revient souvent :

« Alors c’est pour quand le 2nd ?  » Bientôt un petit frère ou une petite soeur pour Benjamin »

Parfois de manière indirecte :

« Olalalala plein de chambres dans votre nouvelle maison, vous allez pouvoir faire des triplés » « Bonne année, et une petite fille pour 2019… »

Parfois de façon agressive :

« Cette chambre ce serait bien pour le deuxième » « Benjamin a bientôt 5 ans c’est pas bon beaucoup d’écart »…

Depuis près de 2 ans, je réponds inlassablement et tristement que « Non pour le moment, nous n’avons pas prévu de 2nd » ! Que « oui on y pense mais que c’est compliqué »
En vrai, je trouve cela d’une grossièreté sans nom ! Et cela me blesse. Oui par ces mots, ces évocations, ces réjouissances autour du ventre rond d’unetel ou de machin truc, me blesse !

Pourquoi ? 

Parce que tu vois ce petit deuxième, cette petite merveille et bien oui, j’en ai envie, ON en a envie même. Bien sûr que j’adorerai agrandir notre petite famille, que je pleure à la fois de joie et de chagrin à chaque annonce de grossesse pour notre entourage (et cette année j’en ai 5 de grossesses autour de moi).

Et pourquoi ne pas nous lancer alors ?

Je réponds ici, et pour la dernière fois ! La prochaine personne qui me pose la question, je la renvoie à cet article ! Non mais OH !
Et bien j’ai peur ! Mais une peur de dingue ! La grossesse de Benjamin et l’accouchement m’ont épuisés, terrorisés, brisés. J’ai eu des personnes tellement peu humaines en face de moi que j’ai peur ! Peur que ça recommence. Peur de souffrir physiquement bien sûr mais psychologiquement aussi !

Le spectre de la pré-éclampsie est aussi bien présent avec mon surpoids et je sais par avance que je vais avoir une grossesse ultra suivie, ultra médicalisée. Que j’ai beaucoup de risques de déclencher ce même phénomène que pour Benjy mais que cette fois justement j’aurais aussi mon petit Benjamin à prioriser.
Ce sera une grossesse à risques, du coup, je pense aussi à Benjamin, à moi. Est ce qu’on est prêt à prendre ce risque ?

Mais je souhaite qu’on revienne à cette question ?
Alors c’est pour quand le 2nd ? (ou le bébé…)

Qu’est ce que ça PEUT TE FAIRE en fait ? Et si j’enchainais les fausses couches ? Et si on y arrivait pas ? Et si on en voulait pas de ce 2nd? C’est quoi ce schéma prédéfini ?
APPARTEMENT (ou MAISON), MARIAGE, BEBE ???
Mais punaise, je ne suis PAS qu’une mère ! Je suis aussi une (jolie…) jeune femme, une carriériste (si si), une fille, une soeur, une amie ! Et c’est pas parce que mon utérus est vide à 33 ans que tu as le droit de t’en mêler !

Tu vas souffrir pour l’accouchement ? Tu vas te lever toutes les nuits pour donner le biberon à mon enfant ? Tu vas l’éduquer ? Aller assister au spectacle pourri dans une salle blindée de gamins morveux ? Tu vas lui payer des études pour qu’il te dise que t’es pas cool comme maman ? Tu vas le punir ? l’encourager ? le soutenir ? L’aimer ? sécher ses larmes ? Vider ses couches et te battre pour lui ?
BAH NON ?
Donc t’as pas voix au chapitre !

J’en ai assez de voir des jeunes femmes de mon entourage subir la pression des autres, de devoir se justifier de « pourquoi on ne veut pas d’enfant maintenant ou PAS DU TOUT ». J’en ai marre de voir cette souffrance et aussi de la vivre tous les jours !

Parle moi d’autres choses ! Y a énormément de sujets avec moi, je te promets je ne suis pas compliquée mais pitié arrête avec cette foutue question !

P.S : La photo est celle que nous avions sélectionné pour l’annonce de grossesse… 

Publicités

3 commentaires sur “Alors, c’est pour quand le 2nd ?

Ajouter un commentaire

  1. Comme je te comprends, c’est dingue cette pression que peut avoir l’entourage pour savoir quand un petit deuxième (voir un troisième) viendra agrandir la famille. Les gens ont toujours quelque chose à redire là-dessus. Franchement vaut mieux fermer les écoutilles et au diable les autres. Je suis dans la même situation que toi, mais ce que je dis à mes interlocuteurs, c’est que pour des raisons qui nous concerne mon mari et moi, ce n’est pas dans l’actualité du moment et ça calme l’entourage. Chacun voit midi à sa porte comme je dis. De toute façon quoi qu’on fasse on est critiquer alors bon à un moment ben on ne dit plus rien.

    J'aime

      1. En effet c’est usant. Tu as raison d’en parler, c’est ton espace ^^. De toute façon quoi qu’on fasse il y aura toujours des gens qui auront à redire (ça équivaut aussi à ceux qui ont des enfants ayant moins de deux ans de différence ou qui ont des enfants du même sexe).

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :